Un Blog Bio Mais Pas Trop

Le blog bio mais pas trop, c'est l'histoire d'un jardin quasi bio, débrouillard, économique et simple, à la découverte de la Nature au quotidien. Journal de bord ou fourre-tout, il n'y a pas que du jardinage ...

Perdu chez DinDiu ? Cliquez sur le Lapin Blanc ...
Suivez-le dans sa tanière ... et consultez l'index.
La Tanière du Lapin Blanc

vendredi 26 janvier

Nitin Sawhney, c'est trop de la BAM !!!

Il y a trois mois, France Inter s'enthousiasmait pour DJ Swami et son "Desi Rock". Mais si on se souvient du titre "Husan" de Husan dans la publicité de la peugeot 206, on constate que le bhangra avait infiltré la pub depuis quelques temps déjà. Quant à "Chaiya Chaiya" chanson d'un film bollywoodien Dil Se, elle a fait office de musique du générique d'ouverture du film hollywoodien Inside Man de Spike Lee. Et Lille s'ouvrait à l'Inde pendant trois mois.

La musique indienne nous envahit, et c'est avec plaisir que je la laisse faire.

De Talvin à Nitin en passant par Amar

Le temps passe à une allure folle. Cela fait déjà huit que je baigne dans la BAM. Par BAM, j'entends British Asian Music, une musique soumise à des influences aussi bien européenne qu'indienne, voire d'ailleurs.

Tonton Zézé, alias Francis Zégut sur RTL, passait en fin de soirée de la musique qu'on n'avait pas beaucoup l'occasion d'entendre. Que ce soit des titres du répétoire de Classic Rock ou du moment, souvent ils faisaient plusieurs minutes. Ainsi "Traveller" de Talvin Singh, superbe mélange d'électro, de musiques classique et indienne, fait un peu plus de 11 minutes. Tout l'album "OK" était aussi superbe.

Je m'intéressait donc à ce mouvement et découvrait à cette occasion Amar. Souvenez-vous ! elle chantait "El habra wine" en duo avec Khaled. En 2000, elle a sorti son premier et seul album à cette heure, "Outside" (2000). En dehors de quelques erreurs propres à un premier album, il est saisissant et à chaque fois que je l'écoute, sa voix cristalline et toujours dans les aigus me fout des frissons. Depuis, je me demande bien ce que Amar a pu devenir.

Mais la grande découverte fut Nitin Sawney.

sawhney_1

De l'indien mais pas que

J'ai pourtant mis du temps à acheter mon premier album de cet artiste. C'était Beyond Skin, et quand on voit cette tête qu'on suppose en plâtre et en pleine souffrance, ça n'incite pas trop à l'achat.
Mais il valait la peine.

Ecouter Nitin Sawhney se fait en au moins deux étapes. D'abord la musique. Si l'influence indienne est certaine, elle n'est pas prédominante. On alterne avec différents styles. Par ici ça ressemble à un jazz avec piano-cymbales, là de la jungle, ici un flamenco gitan ou un rythme brésilien, un blues américain, ou encore un OVNI à mi-chemin entre le style bollywood et le Rn'B, le trip-hop, le rap et j'en passe...
En fait j'ai du mal à distinguer un album d'un autre. Ils sont globalement dans le même style, mais Nitin Sawhney sait se renouveler et surprendre. En quelque sorte, il nous sert à chaque fois un menu/album avec une quinzaine de plats/titres aux saveurs/influences variées, et où l'entrée n'a rien à voir avec le dessert, et chacun est assaisonné/réhaussé par un aromate/détail qui lui est propre.

Ensuite le thème. Chaque album est le moyen pour Nitin Sawhney de faire part de ses réflexions : l'immigration et le voyage dans Migration (1995), la spiritualité et les religions dans Displacing The Priest (1996), l'identité nationale et ethnique, et la bombe atomique dans Beyond Skin (1999), l'impact de la technologie sur nos vies dans Prophesy (2001), l'expérience du racisme et son tiraillement entre deux cultures dans Human (2003). Philtre (2005) le dernier album en date est plus un voyage optimiste d'une culture à l'autre. (les liens des albums mènent vers une page où on peut écouter des extraits enchaînés et de bonne qualité des titres)

Tous ces thèmes sont soulignés par des documents sonores. De temps en temps ce sont les parents de Nitin Sawhney. Autrement, en faisant le tour des albums, on entend Nelson Mandela, une citation de J. Robert Oppenheimer (l'un des inventeurs de la bombe atomique).
A cela on peut aussi ajouter des ambiances sonores, rue, océan ou jungle, ainsi que l'intervention de nombreux artistes dont Trilok Guru, Natacha Atlas, Cheb Mami.

Nitin Sawhney est aussi à l'origine d'albums de remixes, de compilations et de musiques de films.


sawhney_2

Un choix cornélien

Quel album conseiller pour découvrir Nitin Sawhney ? Très dure cette question.

Je l'ai dit plus haut, j'ai du mal à distinguer les albums. Par contre je ne me lasse pas de cette musique, elle est suffisamment ecclectique. Sur le lecteur mp3 je me mets 4 ou 5 albums, et c'est parti pour plus d'une semaine à les écouter en boucle. C'est plutôt pratique quand on passe des journées à jardiner.

Je pense que le plus simple est de découvrir le plus actuel et accessible et le moins engagé des albums, c'est-à-dire le dernier, une valeur sûre, Philtre.
Profitez-en, je viens de voir que l'album est à prix cassé !

 

- Le site de Nitin Sawhney.
- Des chroniques avec des interviews à écouter ou à lire.
- Nitin Sawhney sur wikipedia (en anglais).

Pondu par Din_Diu vers les 21:33:00, ce billet de la catégorie "Zyk-o-jardin" fait l'objet de 0 commentaire(s) .

Commentaires

Poster un commentaire