Un Blog Bio Mais Pas Trop

Le blog bio mais pas trop, c'est l'histoire d'un jardin quasi bio, débrouillard, économique et simple, à la découverte de la Nature au quotidien. Journal de bord ou fourre-tout, il n'y a pas que du jardinage ...

Perdu chez DinDiu ? Cliquez sur le Lapin Blanc ...
Suivez-le dans sa tanière ... et consultez l'index.
La Tanière du Lapin Blanc

dimanche 09 octobre

Terra Preta : la panacée venue de l'Eldorado.

Message datant du 23 Mai 2005

Déjà des reportages passés ces derniers mois sur ARTE l'évoquaient, et c'est au tour du magazine Science & Vie n°1052 de Mai de consacrer un petit article sur la Terra Preta.

La Terra Preta (terre noire, en portugais) est une terre que l'on trouve au coeur de l' Amazonie et dont le rendement est 800 fois supérieur aux sols amazoniens ordinaires voisins.
La Terra Preta est associée à des traces d'occupation indienne antérieure à l'arrivée des Européens. En plein coeur de l'Amazonie existaient de grands villages reliés par des routes et des digues, limités par des murets,... tout cela ayant donné naissance au mythe de l'Eldorado. Ce sol composé de déchets divers et en particulier de charbon de bois, est d'origine humaine.

Son intérêt écologique tient à plusieurs raisons. Pour faire la comparaison, la technique de la terre brûlée produit d'un côté des cendres (partie minérale de la matière) sujette au lessivage des sols, et du dioxyde de carbone (partie organique) qui prend part à l'effet de serre. Ces sols vite épuisés poussent à de nouveaux défrichements et contribuent à la déforestation.
Par contre, la Terra Preta bloque le carbone dans le sol sous la forme du charbon de bois. C'est un sol qui retient bien les sels minéraux (souvenez-vous donc du charbon actif qui filtre et retient les impuretés), il est vite regénéré par la mise en jachère et a un rendement supérieur à la normale. Pas besoin d'aller voir ailleurs, donc pas de défrichement superflu.
Mais je me demande en combien de temps se crée un tel sol. A mon avis, il n'est pas impossible qu'il faille une ou deux générations pour atteindre sa fertilité optimale, ce qui ne serait pas vraiment en adéquation avec les intérêts économiques d'aujourd'hui, qui sont plutôt de l'ordre du court et du moyen terme...

Peut-on facilement fabriquer de la Terra Preta ?
Pas à 100 %. Des scientifiques du monde entier mènent leurs recherches sur ce phénomène. Dernièrement, on en est venu à penser qu'une bactérie jusque là inconnue jouerait un rôle dans la fertilité de cette terre. Mais voilà, la Terra Preta pourrait être victime de son succès et faire l'objet d'un trafic illégal !

Peut-on imiter la Terra Preta en France ?
En Amazonie il y a déjà une certaine difficulté à la reproduire. En France, les saisons sont plus marquées, la température et le taux d'humidité sont globalement plus bas. Mais ça ne coûte rien d'essayer. D'ailleurs, j'ai bien l'intention de tenter le coup, et je vous tiens informer...

Quelques sites :
Le site des explorateurs de Gran Païtiti
Voir loin devant, le monde allant vert
Midier.net
Passé Présent Futur

Faire son charbon de bois

Pondu par Din_Diu vers les 18:55:00, ce billet de la catégorie "Les Sciences" fait l'objet de 12 commentaire(s) .

Commentaires

    Terra Preta et autres terres fertiles

    Malheureusement, je n'ai pas vu le reportage sur la Terra Preta. Cependant, je suis aussi interessé par l'enrichissement de mon sol. Je vis dans une région plutôt argileuse et calcaire. Autant dire que je ne réussis aucune carotte et même difficilement les salades !
    Donc je produis du compost mais pas de façon scientifique. Pour le rendre plus minéral, j'ajoute aussi de temps à autre de la terre, des mottes d'herbe et de la cendre de la cheminée (mais attention avec la cendre, risque de phosphates, je crois). Je pense que du sable conviendrait aussi. Mais cela prend du temps pour produire une bonne terre "humique" et noire.
    A ce propos, sur le même type de sujets, j'ai eu la chance de voir le fameux "tchernoziom" russe (litt. "terre noire") dans le sud de la Russie (Nord-Caucase). Le tchernoziom est l'une des terres les plus fertiles naturellement. Je n'en connais pas le secret. Une terre vraiment noire ! Je me demande s'il n'y a pas eu une influence volcanique à un moment donné ou un autre. Ce ne serait pas étonnant, nous sommes dans la région de la Mer Noire. Fatalement, cette histoire de Terra Preta me fait aussi penser aux propriétés des sols sur les pentes volcaniques (Canaries, La Réunion). Il y a comme une association bénéfique entre le résultat d'une combustion et un processus de pourrissement végétal. De là à pouvoir reproduire approximativement ces propriétés dans son jardin cela devrait être envisageable.

    Posté par HK, ce lundi 10 octobre à 21:57:03
  • Il faut se défaire de certaines idées.
    Ce n'est pas parce qu'une terre est argileuse qu'elle est pauvre. Elle est dure à travailler, supporte mal la sécheresse, mais retient bien les substances nutritives (pour résumer c'est une histoire de colloïdes). Pour l'améliorer, il suffit de chercher l'amendement pour sol argileux (avec un coup de main de Google).
    Pour le tchernozium, j'ai vérifié ce que je pensais, c'est sur tout le climat froid et sec qui est en jeu.
    Et pour ce qui est de la Terra Preta Made in Europe, ça reste à voir,...

    Posté par Din-Diu, ce lundi 10 octobre à 23:26:26
  • Le point de vue agronomique

    Bonjour a tous,

    vous trouverez sur mon site la triste réalité sur la terra Preta et la possibilité de la fabriquer ou non.

    En fait la terra preta n'est une pratique soutenable que dans certaine condition très particulière. Un climat tropicale humide et une quantité de foret a disposition pour lancer et entretenir ce processus de "charbonnisation" du sol sont donc nécessaire. Le fait de devoir avoir besoin de beaucoup d'hectares de foret rend cette pratique dépendante d'un certain seuil de densité de population. Donc en France on peut la faire, mais seulement en Guyane

    En tant qu'agronome je déconseille donc fortement les gens d'essayer de faire de la terra preta chez eux en France métroppolitane. Par contre les technique du BRF et de la permaculture sont tout a fait adapté à notre situation agro-écologiques.

    Pour ceux qui veulent en savoir plus

    http://jardinons.wordpress.com/2008/03/15/terra-preta-comment-et-dans-quelle-condition-la-faire/

    Karmai

    Posté par Karmai, ce vendredi 28 mars à 19:57:32
  • Terra Preta sous les Tropics et BRF en Europe

    Salut très heureux de voir ce blog,
    La terra preta, me fait beaucoup pensé au BRF ou bois raméal fragmenté qui est une technique d'aggradation des sol "revolutionnaire "et qui remet beaucoup de chose en question quant a la gestion des nutriments du sol par le sol lui même. Pour plus d'informations je vous recommande ce site www.lesjardinsdebrf.com.
    Il y a toute fois des choses lu et retranscrite qui ne sont pas réel au sujet de la terra preta.
    Les anglosaxons donnent toujours leur resultats de recherche en pourcentage ce qui donne des chiffres alluciant une foi traduit, soit des rendements 800 fois suppérieurs . C'est FAUX, ce sont des rendements de 800% donc seulement 8 fois suppérieurs, ce qui est déjà phénomenal.
    Quant a l'auto fertilité du sol, on retrouve la même chose avec la technique du BRF et cela est si complexe d'etudier les choses dans leur ensemble que la science n'y est pas prete aujourd'hui. Il ne s'agit d'une bacterie ou d'un champignon qui esta l'origine de cette fertilité mais un ecosystème, des chaines trophiques complexent qui semble le permettre.
    En tout cas deux techniques formidables qui a mon avis ont des similarités et de grand avenir pour les personnes voulant s'y interesser.

    Posté par khumlee, ce vendredi 19 mai à 22:09:05
  • La Terra preta est un sujet fascinant ! Il me fait rever depuis que j'en ai entendu parler... Sous nos latitudes, il semblerait que la BRf soit bien plus prometeuse,comme le rappelle khumlee, mais si on réussit à comprendre le mécanisme de formation de la TP, on peut imaginer nourrir le monde à as faim...


    Juste une remarque sans m'étendre : le charbon que l'on retrouve sous forme très fine est un charbon de bois particulier, dit "basse température". Pour info, ce "black carbon" n'a rien à voir avec le charbon de bois à barbecue... Inutile, donc, de réduire en poudre une tonne de charbon de bois standard pour l'incorporer à votre jardin : cela en modifiera surement les propriétés, mais pas dans le sens de la Terra preta, et vous risqueriez la silicose car les fines de charbon sont toxiques

    L'Université de Cornell est très réputée pour ses travaux sur le sujet : ci après un lien vers des généralités sur la Terra Preta (en anglais)
    http://www.css.cornell.edu/faculty/lehmann/terra_preta/Flyer%20terra%20preta%20landuse%20strategy.pdf

    Posté par Alex, ce mardi 13 juin à 18:26:43
  • Je cherche à faire mon charbon de bois maison, parce qu'il se rapprochera plus de celui obtenu en Amazonie d'une part, et ça me permettra de me "débarrasser" de coupe d'élagage.
    Un des objectifs de mon blog, est de n'acheter les moins possible, je ne vais pas commencer avec du charbon à barbecue.

    Quant à réduire en poudre, ce serait un peu trop, je pensais plutôt le piler, et obtenir des morceaux de l'ordre du mm.
    Enfin merci de me rappeler (encore !) l'existence du bois raméal fragmenté (BRF), que je finirais bien par mettre en avant et qui peut être gagnera à être associé à la Terra Preta Made In Europe.

    Posté par Din-diu, ce samedi 17 juin à 10:01:35
  • Déjà célèbre

    on parle te toi dans le grand monde :

    http://aneantis-project.com/forum/?f=spirale&a=message&t=16&m=45063

    Posté par mémé, ce dimanche 22 mai à 21:02:08
  • En effet ...

    ... il semblerait que j'ai bénéficié d'un coup de pouce inattendu.
    Ma modestie fait que je fais faire ma promo par les autres

    Sacré Segundo avec ses devinettes

    Posté par Din-Diu, ce lundi 23 mai à 00:10:52
  • d'après ce que j'ai pu comprendre...

    Ne comprenant pas l'anglais...

    Je n'ai pas pu tout saisir au sujet de la terra preta... A part que cela peut être une solution d'avanir magnifique!!!

    ce que j'ai retenu c'est qu'il y a du charbon de bois, de l'argille cuit, des déjections humaines et autres, des os, des carapaces de tortues et des micro organisme vivant avec des taux d'humidité Amazoniens, qui peuvent se régénerer...

    Pouvez vous me dire ce que vous pensez de mes déductions?

    En imaginant qu'à l'époque il n'y avait pas de matériel de mesure et des appareils compliqués, ils devaient se dérouiller avec les moyens du bord, pour résoudre leurs problèmes.
    Il y a plusieurs faits que l'on peut relever.

    1. Toutes vies, dans une telle humidité, et de chaleur, doit proliférer à vitesse grand V. autant les ténias et autres vers intestinaux ou, bactéries dangereuses qui se retrouvent dans les matières fécales, que la végétation nouricière, donc ce devait être imporant de limiter, et de contrôler, ces matiriaux.

    2. Pour protéger le sol, je m'imagine qu'ils mettaient des tessons de céramique ou d'argile et dessus leurs déjections, et ensuite des braises pour en quelque sorte les stériliser, pour que la chaleur reste plus longtemps et que le charbon ne brûle pas trop vite, ils pouvaient recouvrir cela avec de la matière organique fraîche, (feuilles vertes). Ainsi les tessons acceuillaient les matières minérales des fèces, qui étaient fixés par la chaleur, c'est ce qui peut leur permettre de stabiliser la fertilité sur des dizaines ou, des centaines d'années? (Ayant vu les ravages des feux de forêt en Afriques, je ne m'imagine pas que le charbon seul puisse être autant bénéfique)

    Avaient-ils la techniques pour faire des meules à charbons, avaient-il la place et est-ce que cela leur était utile? ou se contentaient-ils de braises?

    Quand tout était froid, ils pouvaient ajouter de la terra preta, comme un ferment... (Ici il nous est possible d'acheter des activateurs de compost, ou des micro-organismes efficaces qui peuvent enrichir en santé nos végétaux.)

    Lorsque l'on pense à la difficulté d'écoulement de nos boues d'épurations, au gaspillage de l'eau... Il fait bon rêver qu'il y a des solutions à porté de mains, sans que cela ne soit trop compliqué.

    Ceux qui connaissent le sujet et l'Anglais , pouvez vous me dire si, ce que j'imagine pourrait être réel??? Merci

    Justine

    Posté par justine, ce vendredi 22 juin à 11:38:39
  • Avec le temps des sites disparaissent ou changent ... comme http://www.granpaititi.com/FR/cite_preta.php notamment.
    Mais pour ce qui a été retrouvé dans des analyses de terra preta vous avez raison.

    Je pense que la découverte de la terra preta par les indiens est, comme beaucoup de découvertes, due au hasard. Une fois une première observation de faite, il a certainement fallu tatonner.
    Avec la chaleur et l'humidité, il y a certes plus facilementdes "miasmes" parce que ces deux facteurs accélèrent les cycles de vies. Mais du coup, cela agit aussi sur la microfaune et -flore bénéfiques du sol.
    En France sous nos latitude, le sol contient aussi des bactéries dangereuses comme celle du téténos par exemple, ainsi que des bactéries, des champignons qui assainissent le sol.
    Quant aux matières fécales, elle ne sont pas systématiquement infestées de bactéries sinon ça voudrait dire qu'on a tous la gastro-entérite. Et d'ailleurs elles sont utilisées comme compost avec les toilettes sans eaux.

    Il n'est pas question de braises ni de cendres dans la terra preta mais bien de charbon. Le charbon permet de retenir les substances nutritives et semble associé à la prolifération d'une bactérie bénéfique, bactérie adaptée aux conditions climatiques tropicales (et peut-être pas aux climat tempéré).
    Les cendres suite à des brûlis sont des apports immédiats de nutriments mais ne permettent pas au sol de s'améliorer.

    Le problèmes des sols sous les climats tropicaux c'est donc que les cycles vont vite donc aussitôt le sol créé il se dégrade. Les sols y sont donc fragiles, sensibles.
    Dans la terra preta, le charbon retient les éléments nutritifs (de la décomposition des feuilles par exemple).
    La fabrication de charbon même de qualité moindre est connu de longue date. En fait ce n'est pas si compliqué, il fut simplement connaître le truc et avoir de la patience.
    Globalement j'aurai plutôt tendance à penser que les indiens avaient compris que tout leurs déchets étaient bon à utiliser et que le charbon boostait le rendement de cet apport.

    enfin le petit truc intéressant dans la terra preta : ce sol se régénère, ce qui permet à gens de l'exploiter localement sans craindre de manquer ....

    Posté par Din-Diu, ce samedi 23 juin à 01:35:42
  • je redis vers...

    Merci pour toutes ces réponses.

    Akakor fait rêver, et c'est vrai qu'il y a tout un monde à découvrir, même si, il est souterrain...
    Pour moi l'entrée est caché... et je n'ai pas l'âme d'une exploratrice, mais celle d'une personne qui cherche des solutions.

    Avec mes expériences de vie, 2 ans d'Afrique où la fillette de notre gardien était souvent malade,(comme de nombreux enfants là-bas),je donnais de l'argent pour qu'elle puisse aller chez un médecin, mais sans résultat jusqu'au jour où, c'est moi qui suis allée chez un médecin occidental qui lui a trouvé 5 sortes de vers intestinaux... Donc les problèmes existent.

    Notre fille elle, en Suisse, a été malade avec un ténia des poissons, elle était étonnée par toutes les sortes de variantes possible de maladies intestinales...Qui mettent longtemps à se déclarer, mais qui peuvent faire bien des ravages.

    Donc même si je fais du jardin bio, avec compost et mulching, je sais qu'il serait utile à mon jardin de retrouver ce qu'il nous a donné, mais les toilettes sèches ne sont pas encore installées chez nous...(Les réservoirs d'eau de pluie oui). J'aurais aimé trouver une solution à mes réticences. (Elles viennent de mon éducation, aussi, et sont des barrières réelles, si pour certains ils leur est possible de ne pas les voir, libre à eux, mais il y a tous les autres...dont je fais partie).


    Ce que je n'ai pas encore trouvée, c'est une recepte explicive pour comprendre s'il suffir de mettre du charbon de bois, et en quelles quatitées,dans notre compost pour qu'il puissent agir comme la terra preta? Il parait qu'il y a aussi une maladie dont le sol peut souffrir, due à une trop grande quatité de charbon...( et sans nos "sources" cela ne sera sans doute pas possible...) Je vais continuer de chercher.

    Justine

    Posté par Justine, ce mardi 26 juin à 10:56:34
  • En France, dans les zones où il y a des renards il y a risque d'échinococcose, maladie mortelle liée à un vers. Donc de partout il existe des risques.

    Pour les toilettes sèches, c'est vrai qu'il y a des préjugés à surpasser.

    Franchement, il est assez peu probable de pouvoir produire de la terra preta à l'identique sous nos conditions climatiques. Mais je persiste à penser que l'ajout de charbon de bois peu apporter quelque chose au sol.
    Le charbon de bois ne peut de toute façon pas faire de mal. Il a des caractéristiques antiseptiques que ce soit en mettant un bloc de charbon de bois dans l'eau d'une bouture ou en en saupoudrant des semis.

    Posté par Din-Diu, ce jeudi 28 juin à 21:58:57

Poster un commentaire